Domaines spécialisés

L’année passé également, les 1800 collaborateurs/trices et 18 400 bénévoles des différents domaines spécialisés de Pro Senectute ont conseillé, suivi, accompagné, soutenu, formé et fait bouger plus de 700 000 clientes et clients.

Consultation sociale

Démence: apporter un soutien

Rosa Wild * a 81 ans, vit seule et est atteinte d’une démence évolutive. Elle ne pourra pas continuer à habiter seule. Pour s’en sortir au quotidien, Mme Wild a besoin de l’aide d’une curatelle.

C’est dans ce genre de cas que le service de Pro Senectute canton de Zurich spécialisé dans la protection de l’adulte apporte son soutien :

Pour des clients comme Rosa Wild *, l’Autorité de protection de l’enfant et de l’adulte (APEA) intervient afin de mettre en place une curatelle individuelle. Dans le canton de Zurich (Dübendorf et Uster), l’APEA collabore avec succès avec le service de Pro Senectute canton de Zurich spécialisé dans la protection de l’adulte. Ce service recrute, forme et soutient des mandataires privés pour l’exécution de curatelles en faveur de personnes de 60 ans et plus.

Aujourd’hui, Rosa Wild bénéficie du soutien de Hans Fuchs *. Cet alerte retraité de 65 ans s’est proposé comme curateur privé en répondant à une annonce du service spécialisé. Après son recrutement, il a suivi une formation de base répartie sur quatre soirs. Le contenu était riche et les exemples et exercices faisaient la part belle à la pratique. Au terme de cette formation, il s’est senti apte à relever le défi. S’il a des questions, il peut s’adresser en tout temps à Pro Senectute canton de Zurich.

Trois mois après sa formation, Hans Fuchs s’est vu proposer d’aider Rosa Wild. S’en est suivi un entretien, encadré par une collaboratrice du service spécialisé, au cours duquel Hans et Rosa ont fait connaissance. Ils se sont tout de suite bien entendus. L’APEA a confié à Hans une curatelle de représentation avec gestion des revenus et de la fortune.

Avec l’accord de Rosa, il a résilié le bail de son appartement et il la soutient pour son entrée en EMS. L’aide financière individuelle de Pro Senectute permet de financer les coûts pour vider l’appartement. Dans l’exécution de son mandat, Hans est confronté à de nombreux défis. Il est donc content de pouvoir s’appuyer sur les conseils avisés du service spécialisé dans la protection de l’adulte, notamment dans les contacts avec les autorités et offices.

« Pro Senectute canton de Zurich organise des rencontres avec d’autres mandataires privés. Ces échanges me sont très bénéfiques », explique Hans. La conférence sur les démences organisée par le service pour tous les mandataires privés a grandement intéressé Hans. Il comprend maintenant beaucoup mieux pourquoi Rosa ne se souvient plus de lui d’une visite à l’autre, et il sait davantage comment réagir.

* Les noms sont des noms d’emprunt.

Fonds d’aide individuelle de Pro Senectute Suisse

Aider face aux difficultés financières

Que faire si l’on se trouve « entre deux chaises » à cause d’une lacune de notre système social ? Cette question s’est posée pour les époux Bühler *: ils n’ont tout juste pas droit aux prestations complémentaires. Les deux souffrent d’une maladie chronique. Avec leur modeste budget mensuel, ils ne parvenaient plus à régler leurs primes de caisse-maladie. Dans cette situation délicate, ils se sont adressés à Pro Senectute canton de Schaffhouse :

À cause de la maladie, les Bühler * ont dû faire face non seulement à des frais de santé très élevés, mais aussi à davantage de dépenses pour les moyens auxiliaires et la mobilité. Ces soucis de santé ont totalement déséquilibré le budget du couple. Il ne leur était plus possible de payer la prime mensuelle de la caisse-maladie.

C’est ainsi que les problèmes ont commencé. La caisse-maladie a mis le couple sur « liste noire », ce qui veut dire qu’elle ne prend en charge plus que
les traitements d’urgence absolue. Pro Senectute canton de Schaffhouse a déposé une demande au fonds d’aide individuelle pour le couple Bühler. Grâce à la consultation sociale, les Bühler ont pu améliorer l’équilibre de leurs finances. Il restait néanmoins encore à payer les primes de caisse-maladie et les frais de traitement dus. L’objectif de la demande au fonds d’aide individuelle a donc été de régler les primes ouvertes. Au plus grand soulagement des Bühler, la demande a été approuvée et les primes ont pu être payées. Une demande a ensuite été faite à la caisse-maladie afin que celle-ci enlève le couple de la « liste noire » et qu’elle prenne à nouveau en charge les frais de santé.

Les demandes au fonds d’aide individuelle sont prévues pour les personnes de 60 ans et plus. Ces demandes sont effectuées par le biais de la consultation sociale des organisations cantonales de Pro Senectute. Le domaine spécialisé Consultation sociale & information de Pro Senectute Suisse examine les demandes et prend les décisions finales.

Du point de vue de la diversité, les types de demandes au fonds d’aide individuelle sont représentatifs de la vie en général. Outre le règlement des dettes, la demande peut concerner un achat nécessaire urgent, qui n’est pris en charge ni par les assurances sociales, ni par l’aide financière individuelle. Prenons l’exemple d’un traitement dentaire qui n’est pas pris en charge par la caisse-maladie.

En effet, un traitement dentaire peut se révéler être impossible à financer par une personne au budget mensuel serré et sans économies ; il peut également avoir des conséquences fâcheuses sur la santé et le bien-être. C’est aussi pour ce type de cas que Pro Senectute utilise le fonds d’aide individuelle.

* Les noms sont des noms d’emprunt.

Services

Les seniors aident les seniors

Les personnes à la retraite comprennent particulièrement bien les besoins et les difficultés des autres personnes de leur groupe d’âge. Elles sont nombreuses à mettre leurs connaissances et leurs compétences à profit pour aider les autres personnes âgées.

Des organisations de Pro Senectute telles que Glaris, Nidwald et Schaffhouse proposent une plateforme à cet effet (« Les seniors aident les seniors »).

Le réseau « Les seniors aident les seniors » peut être utile lorsqu’avec l’avancée dans l’âge, on ne s’en sort plus tout seul. L’idée de base est simple et efficace.

Les personnes souhaitant apporter leur aide mettent une partie de leur temps libre à la disposition d’autres personnes âgées. Pro Senectute leur confie ensuite des missions en fonction de leurs compétences et de leurs connaissances. De manière flexible, non bureaucratique et adaptée aux besoins.

Avec l’âge, des tâches quotidiennes comme le rangement, la lessive, les travaux de couture simples ou les petites réparations peuvent devenir trop lourdes à assumer. En outre, beaucoup de personnes âgées vivant seules souhaitent tout simplement avoir de la compagnie. Par exemple, pour se promener ou pour faire des trajets en fauteuil roulant. Les possibilités d’interventions offertes par la plateforme « Les seniors aident les seniors » sont innombrables.

Grâce à leur investissement et à leur empathie, les bénévoles jouent un rôle important en aidant des personnes de 60 ans et plus à rester vivre plus longtemps chez elles. L’objectif de l’offre est de renforcer l’indépendance et l’autodétermination des personnes âgées. Elle permet par ailleurs d’améliorer la mobilité et aide à nouer des liens.

Chez Pro Senectute canton de Glaris, les seniors bénévoles et les collaborateurs gèrent leur propre plateforme. Ils enregistrent les mandats et les confient en toute simplicité aux personnes compétentes. Si possible, la personne qui apporte son aide effectue la tâche avec le ou la mandant-e.

Cette approche permet de créer des rencontres enrichissantes, voire des amitiés. De plus, elle garantit que le mandat est réalisé comme souhaité.

Chez Pro Senectute canton de Schaffhouse, l’offre « Les seniors aident les seniors » est également très appréciée.

Travail social communautaire

Communautés de soutien

De nombreuses régions comptent une quantité accrue de personnes âgées, voire très âgées. Parallèlement, l’individualisation est un principe culturel central au sein des sociétés occidentales et déploie de plus en plus ses effets. Cette évolution s’accompagne de défis à relever.

Des communautés de soutien dans les quartiers, les zones résidentielles et les villages proposent des solutions :

L’objectif des communautés de soutien est d’améliorer le vivre-ensemble au sein de la société au moyen d’offres et de projets intergénérationnels. Les personnes qui, de par leur âge ou d’autres raisons, vivent avec différentes contraintes, n’ont souvent plus accès ni à des activités sociales ni à la vie en société. Elles sont nombreuses à souffrir de solitude, ce qui peut les rendre malades. Dans les communautés de soutien, ces personnes peuvent bénéficier de l’aide du voisinage encadrée par un soutien professionnel.

L’objectif est de permettre aux personnes concernées de pouvoir rester vivre dans un environnement familier jusqu’à la fin de leurs jours, et ce indépendamment de leur situation financière. Cette démarche est possible uniquement en la présence d’une infrastructure adaptée et d’offres variées permettant d’aider les personnes qui en ont besoin.

La commune de Langenthal constitue un bon exemple de projet pilote ayant donné naissance à une communauté de soutien réussie. Pro Senectute canton de Berne a collaboré avec diverses organisations, d’autres communes et des particuliers pour mettre sur pied et développer le projet.

L’année dernière, de nombreux projets ont été réalisés à Langenthal. Parmi ces projets, on trouve une table ronde permettant la détection précoce d’un laisser-aller ou d’un isolement. Ou une « bourse du temps », c’est-à-dire une manière créative d’échanger du temps, qui permet aux gens de créer des liens et de se soutenir mutuellement. Toutes les personnes qui utilisent l’offre de la bourse du temps peuvent proposer leurs compétences, leurs connaissances et leurs talents aux autres membres en échange de crédits de temps.

Parallèlement, ils peuvent bénéficier des offres d’autres membres en échange de leurs crédits de temps. Un autre projet marquant (« Rendez-vous ») concernait l’espace social et a été mis en oeuvre aussi bien dans un quartier urbain que dans un quartier rural. Les deux quartiers sont confrontés à des défis variés. Une analyse a été effectuée avec la population et les autorités politiques pour savoir quelles mesures pourraient activer et améliorer le vivre-ensemble.

Grâce à la création de l’association Choreo *, une collaboration entre Langenthal et trois autres communes, l’ensemble des initiatives et des réseaux de la « communauté
de soutien » sont réunis et coordonnés de manière centralisée. Cette association donne aux projets un cadre, qui leur permet de gagner en efficience et d’exploiter de façon optimale les synergies.

* Choreo = communauté de soutien Oberaargau Ost, composée de représentants de la population, des quatre communes, d’organisations de la société civile et de prestataires professionnels.

Sport et mouvement

Hopp-la : générations en mouvement 

L’activité physique nous permet d’améliorer notre qualité de vie et de prévenir des problèmes de santé. Ce constat vaut aussi bien pour les enfants que pour la population âgée. Raison de plus pour motiver jeunes et moins jeunes à s’entraîner ensemble. Tel est l’objectif de « Hopp-la », un projet intergénérationnel d’activités physiques et de rencontres.

Hopp-la est une fondation qui s’engage en faveur de la promotion intergénérationnelle de l’activité physique et de la santé. À cet effet, elle collabore avec divers partenaires, dont Pro Senectute canton de Berne, Bienne-Seeland, beider Basel, canton de St-Gall et canton de Zoug.

Au programme des sessions d’entraînement Hoppla: de la gym à l’extérieur ou à l’intérieur, des rires, des exercices d’équilibre et bien plus encore. Destinée aux seniors avec ou sans (petits-)enfants, cette offre peut être organisée en collaboration avec des crèches, écoles ou groupes de jeux locaux.

Rita Stöckl est monitrice de gym seniors chez Pro Senectute canton de St-Gall. Après avoir suivi une formation ad hoc, elle a donné l’an dernier des cours de gym Hopp-la dans deux EMS. « Lorsque les enfants arrivent, les résidents sont ravis. Parfois, ils en oublient même leurs douleurs durant les exercices réalisés ensemble : des mouvements d’ordinaire difficiles passent alors comme une lettre à la poste », explique Rita Stöckl. L’ouverture et la spontanéité des enfants apportent également un vent de fraîcheur.

Un jour, voyant les taches de vieillesse d’une dame âgée, un enfant d’une garderie participante lui a lancé : « Tu devrais te laver les mains ! » Elle en rit encore aujourd’hui. L’objectif des entraînements en commun est de renforcer la santé physique et psychique de manière ludique. Par exemple au moyen d’exercices de force, de coordination ou d’équilibre. Les seniors ont la possibilité de s’entraîner en plein air ou à l’intérieur, tout en nouant des amitiés. L’offre Hopp-la associe donc plus-value sociale et prévention des chutes.

Les enfants aussi ont du plaisir dans ce partage avec les personnes âgées, qui leur apporte un peu de changement dans leur quotidien. Hopp-la offre des contacts motivants, responsables et bénéfiques aux deux générations. Afin de garantir la qualité et le professionnalisme des cours, la formation des moniteurs a été développée en collaboration avec le département Sport, mouvement et santé de l’Université de Bâle, Pro Senectute et d’autres partenaires.

Formation et culture

Smartphones : les jeunes répondent aux questions des seniors

Les smartphones peuvent faciliter le quotidien des seniors. Il existe par ailleurs des applications adaptées à leurs besoins. Mais que faire si les photos des petits-enfants disparaissent soudainement ou si quelque chose ne fonctionne pas malgré tous les efforts ? Dans le canton d’Obwald, des jeunes répondent aux seniors dans le cadre d’une session de questions/réponses sur la téléphonie mobile.

Les smartphones, les applications et les sites Internet mobiles sont de plus en plus conviviaux. Par exemple, les appareils nouvelle génération disposent de grands écrans. Grâce aux logiciels de reconnaissance vocale, les personnes malvoyantes peuvent effectuer des appels et envoyer des SMS. Les smartphones ont donc aussi conquis le coeur des seniors.

Or, un certain nombre de personnes âgées manquent d’expérience avec les technologies numériques et n’ont que rarement, dans leur cercle de connaissances, des personnes auxquelles s’adresser à ce sujet. C’est pourquoi le service jeunesse de Sarnen et Pro Senectute Obwald ont mis sur pied une session de questions/réponses sur la téléphonie mobile.

Ces rencontres permettent aux personnes âgées de poser leurs questions en petits groupes et de recevoir de précieux conseils en toute simplicité. Et vice versa. Les conseils des plus âgés sont aussi les bienvenus !

Après s’être rendue deux fois à la session questions/ réponses, Heidi Gwerder, une dame de 73 ans pleine de vitalité, se débrouille bien avec son smartphone. Elle voulait surtout savoir comment télécharger des applications et envoyer des photos. Madame Gwerder a déjà prévu de suivre un cours supplémentaire de Pro Senectute, pour apprendre à transférer ses nombreuses photos de sa tablette à son ordinateur.

Les jeunes gens ont du plaisir à partager leurs connaissances avec les seniors. De cette manière, la génération plus âgée peut aussi participer sans frustration à la vie numérique de la société. Cette session de questions/réponses constitue une expérience passionnante pour les jeunes ; elle peut aussi leur servir de référence pour démarrer la vie professionnelle et compléter leur argent de poche. Les participants apportent une contribution de soutien de CHF 10.00.

Bibliothèque

Des liens au-delà des frontières linguistiques

La bibliothèque de Pro Senectute ne connaît pas de barrières linguistiques. C’est pourquoi l’année 2019 a été tout particulièrement marquée par la création de liens avec la Suisse romande et le Tessin. D’une part à travers l’échange de contenus numériques via la plateforme web et, d’autre part, grâce à de précieux partenariats.

Jusqu’alors, atteindre des utilisateurs en Suisse romande et au Tessin relevait du défi pour la bibliothèque. La satisfaction a donc été d’autant plus grande lorsque la nouvelle plateforme web francophone a été publiée au printemps dernier, suivie de la plateforme italophone. Ces nouveautés sont primordiales pour que les seniors, leurs proches, les étudiants et les professionnels puissent accéder aux contenus numériques facilement, rapidement et quel que soit l’endroit où ils se trouvent. Les barrières linguistiques peuvent aussi être surmontées par des partenariats pertinents. Ainsi, depuis 2019, la bibliothèque collabore en Suisse romande avec la plateforme REISO (Revue d’information Social et Santé de Suisse romande – reiso.org).

En ce qui concerne la Suisse italienne, parallèlement à la mise en place de la nouvelle plateforme de connaissances, une coopération a vu le jour avec la Haute école spécialisée SUPSI (Scuola universitaria professionale della Svizzera italiana) en 2019. C’est à Riza Pezzati, docteure en psychologie et chercheuse, qu’il incombe de proposer une sélection pour la Suisse italienne, que l’on trouve dans les publications récentes de la bibliothèque.

L’offre de la bibliothèque de Pro Senectute est particulièrement appréciée par les hautes écoles spécialisées, car on ne trouve pas de collection spécialisée sur la vieillesse et le vieillissement sous cette forme dans les autres bibliothèques. De nombreuses études, menées par diverses organisations et généralement pas accessibles à un large public, sont intégrées dans la collection et disponibles gratuitement. La possibilité de confier un mandat de recherche sur un thème spécifique à l’équipe d’une bibliothèque spécialisée est unique. La bibliothèque de Pro Senectute organise régulièrement des formations à la recherche documentaire et des présentations de ses services dans le cadre de cursus en gérontologie de diverses hautes écoles spécialisées.

Zeitlupe

Site Internet primé et « bateau tricot »

En 2019, le site Internet de Zeitlupe a fait peau neuve. Cette nouvelle mouture lui a valu de recevoir le très convoité Q-Award. Autre belle réussite, les deux « bateaux tricot » organisés par Zeitlupe ont réuni de nombreux adeptes du tricot, qui se sont mobilisés pour la campagne de solidarité « #perso-Tricotons contre l’oubli ».

Les plus de 60 ans utilisent toujours plus Internet. Fort de ce constat, Zeitlupe a revu de fond en comble son site, qui répond à présent parfaitement aux besoins des seniors : interviews vidéo avec des personnalités passionnantes, articles de qualité, reportages illustrés et enfin gymnastique pour la tête avec les énigmes, très appréciées des lecteurs. Voilà pour ne citer que quelques exemples des contenus variés en libre accès sur zeitlupe.ch. Outre l’ensemble des articles de la version papier, les abonnés bénéficient de l’accès à des services supplémentaires tels que le Treffpunkt (lieu de rencontre) : cette plateforme permet aux personnes ayant une certaine expérience de vie de tisser des liens. Dans la partie réservée aux abonnés, tous les contenus du magazine s’accompagnent désormais d’un fichier audio, ce qui permet aux utilisateurs de faire lire les textes à haute voix.

Les lecteurs ne sont pas les seuls à apprécier le nouveau site Internet. zeitlupe.ch a également convaincu le jury de l’association Médias suisses. En 2019, cette organisation sectorielle a décerné pour la première fois le Q-Award Digital, qui récompense des sites particulièrement innovants de magazines spécialisés. Pour l’équipe de Zeitlupe, ce trophée constitue à la fois une reconnaissance vis-à-vis du pas réalisé vers l’avenir numérique et une motivation pour poursuivre le développement du site. 

Les deux sorties en « bateau tricot » organisées par Zeitlupe sur le lac de Zoug ont, elles aussi, rencontré un grand succès : en avril et en novembre, 200 passagers y ont pris place pour tricoter. Lors de cette action, les participantes et participants ont notamment tricoté des porte-gobelets pour la campagne de solidarité
« #perso » au profit des personnes touchées par la démence.

Un grand merci à la fondation Hatt-Bucher, qui a offert, une nouvelle fois en 2019, des billets gratuits pour les concerts du Fraumünster pour le plus grand bonheur des lecteurs de Zeitlupe.

Vous souhaitez en savoir plus sur notre domaines spécialisés? Notre Service médias se tient à votre disposition.

Contactez-nous!